Thérapie - Acupuncture

L'acupuncture

L’acupuncture est vieille de plus de deux mille ans. On ne sait pas exactement sa naissance, mais on suppose que cela viendrait des aiguilles utilisées pour la divination sur les carapaces de tortues. Ce qui est sûr c’est que l’acupuncture eut le temps de s’épanouir comme médecine, fortement implantée dans la culture chinoise. A tel point que le système chinois de ce temps (2000 av. JC jusqu’au XX ème siècle et la révolution culturelle de Mao en 1947) était basé sur la rétribution du médecin, si et seulement si, on était en bonne santé. Si au contraire on souffrait d’un mal, le médecin devait agir sans attendre de rétribution, car cela signifiait qu’il avait mal fait son travail en amont.

Aujourd’hui les chinois ont tendance à recourir à la médecine allopathique, se coupant de leurs racines et de leur culture. Il est tellement plus simple de prendre une pastille ! Fort heureusement, les colonies Françaises ont permis une réhabilitation de la médecine traditionnelle chinoise. Les savants et professeurs de l’époque se firent bientôt les dépositaires d’une culture ancestrale, notamment l’acupuncture qui sut séduire de nombreux médecin de la métropole et qui fut l’objet d’une étude minutieuse et approfondie. Aujourd’hui elle est utilisée dans de nombreux pays, dont la France, même si elle n’est pas encore reconnue officiellement par les systèmes de santé.

L’acupuncture recherche le rééquilibrage du corps par l’application de fines aiguilles à des endroits précis du corps. Selon cette médecine, notre corps est traversé par des réseaux neurologiques qui transportent l’énergie vitale dont nous avons besoin pour fonctionner harmonieusement. (c’est notre définition du réseau bioélectrique humain) Or il peut arriver que ce réseau se trouve en dysfonctionnement et que seule une partie de l’énergie puisse être délivrée à l'organe. Une part du message se trouve donc tronquée et l’ordre arrive incomplet. Si la situation n’est pas soigné le problème empire et se transforme en signale physique, la douleur. L’aiguille d’acupuncture permet de débloquer ou tonifier un point précis lié à une fonction organique particulière. Son efficacité a été maintes fois démontrée sur de nombreuses pathologies. Aujourd’hui il nous apparait que l’acupuncture est un complément formidable dans les traitements des maladies lourdes et plus spécifiquement les cas de cancers.

La chimiothérapie produit des effets qui dérèglent le corps, tant au niveau hormonale que cellulaire et psychologique. (chute des cheveux, nausées, perte d'appétit, douleurs articulaires, brûlures …) qui ne font qu’aggraver l’état du patient ! Grâce à l’acupuncture en amont (avant prise de la chimio), nous pouvons espérer supprimer une grande parties de ces effets secondaires et par là, rendre une grande partie de sa force, de sa dignité, au malade. Non seulement l’acupuncture va permettre au patient de retrouver une vie presque normale, sortant ainsi de sa position tragique de malade ; mais en plus elle permet au patient de ne plus être en position de rejet quand il vient prendre sa chimio, puisque les effets dévastateurs auront été minorés et que son organisme l’acceptera beaucoup mieux. Il est fondamental pour un médicament que sa prise n’entraine pas une forme de destruction physique et psychique qui diminuent d’autant son efficacité. L’acupuncture permet de supporter bien mieux son traitement.